bulletins N° et date
2009
 
231 - décembre
230 - novembre
229 - octobre

228 - septembre

227 - juin
226 - mai
225 - avril
224 - mars
223 - février
222 - janvier
2008
221 - décembre
220 - novembre
219 - octobre
218 - septembre
217 - juin
216 - mai
215 - avril

214 - mars

213 - février
212 - janvier
2007
211 - décembre
209 - octobre

208 - septembre

207 - juin
206 - mai
205 - avril
204 - mars
203 - février
202 - janvier
2006
199 - octobre
198 - septembre
197 - juin

 

Bulletin mensuel N° 232 - janvier 2010

Local de réunion : Salle Antoine-Verchère - Meyrin-Village

Correspondance : Case postale 294 - 1217 Meyrin 1

CCP 12-14037-0

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le Comité a le plaisir de vous convier à son

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE
qui aura lieu le

Mardi 9 février 2010
à 20 heures 15
Salle Antoine-Verchère

Suivie de notre


RÉUNION MENSUELLE

avec
AU PROGRAMME…

Correspondance
Informations philatéliques
Divers/Propositions individuelles

. . . et naturellement

le café (pas toujours), le sourire, la bonne humeur et l’amitié…

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

SOMMAIRE

• Informations générales

 – Encore un membre à l’honneur

 – Démission
 – Précisions sur le concours  « Les barques du Léman »
  Réflexions sur notre langage
Recherche
Mots croisés
 – « Les barques du Léman » 
 – Grille N° 4 : Réponses, classements finaux, commentaires
• Philatélie
– « Les noces de Cana » ou…
• Manifestations philatéliques

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pour terminer la série des projets du cachet d’oblitération de PhilAero ’09, nous vous présentons ci-dessus l’œuvre qui a remporté le concours. Robert TILLMANN en est le créateur.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Informations générales

Encore un membre à l’honneur
Le jury de l’exposition philatélique de degré III, organisée à Bulle à mi-décembre lors de la Journée du Timbre PHIL… A FOLIE ’09, a récompensé par deux fois, un de nos membres. Il s’agit de Monsieur Dominique RITTER qui a obtenu les prix suivants :
OR pour sa collection « La poste à Genève 1814-1830 » ;
VERMEIL pour sa collection « Les marques de franchise de Savoie 1814-1860 ».

Le Comité lui adresse ses plus sincères félicitations et est fier d’avoir un membre qui fait honneur au Club.
Les succès obtenus par nos membres lors de ce dernier trimestre devraient inciter d’autres candidats à participer activement aux diverses expositions.

Démission
Lors de notre réunion du 8 décembre 2009, le Comité a présenté la démission de Monsieur Jean FONGEALLAZ.
Bien que nous regrettions tous sa démission, nous comprenons très bien que sa santé n’étant pas florissante, l’empêche de se déplacer, surtout le soir.
Nous espérons toutefois le revoir lors de nos expositions-bourses comme il le faisait régulièrement depuis plusieurs années.

Précisions concernant le concours « Les barques du Léman »

Grille N° 4

Voici quelques éclaircissements sur certains mots de cette dernière grille :
N° 1 horizontal : Naviot ou Bachot, les deux versions sont acceptées.
N° 4 horizontal : Oste. Orin ne peut être admis, car il est rarement en pattes-d’oie.
N° 3 vertical : Raban. Le ruban étant plat, ce n’est pas une cordelette.
N° 5 vertical : Patron. Le pilote monte à bord d’un bateau le temps de franchir une passe difficile et le quitte après. C’est le cas, par exemple, pour franchir le canal de Suez ou pour entrer dans certains ports…
A Genève, une mouette est pilotée par un pilote… Pour la barque, c’est le terme de patron qui prime.

Un retour sur la grille N° 3

Pour le N° 2 vertical : il y avait deux réponses possibles, soit Escotte ou Escaute. Les points seront ajoutés à qui de droit. On peut encore l’écrire Escote ou Ecoute, mais pas Escoute.

Réflexions sur notre langage

J’aimerais par ces quelques mots vous présenter mes meilleurs vœux pour l’année 2010. Qu’elle vous garde en bonne santé et qu’elle vous apporte beaucoup de satisfactions, tant du côté privé que philatélique.
J’ai un souhait à vous demander. Un souhait qui ne coûte pas un centime. Depuis plusieurs années, je m’insurge contre l’emploi abusif de termes anglais dans la presse, dans les rues de Genève et même de la part de mes amis philatélistes.
Je ne suis pas la seule à déplorer cet état de fait. J’ai appris qu’en Suisse, il existe une association Défense du français qui, depuis 2004, compte plus de mille membres. Elle intervient régulièrement auprès des administrations, des élus, des grandes entreprises, dont certaines ont heureusement compris les effets négatifs de ce sabir sur notre patrimoine culturel. Si la visibilité et les échos des interventions n’ont pas encore la puissance d’une organisation de consommateurs, cette association voit fréquemment des changements. Exemple : La Poste a renoncé aux boîtes aux lettres « Post-mail », les panneaux « Geneva Palexpo » devraient disparaître prochainement.
En revanche, l’Association de la Défense du français constate avec regret que les journalistes ont baissé les bras en accélérant l’envahissement des anglo-américanismes alors que tant d’équivalents existent en français. Le fichier du site www.francophonie.ch vous donnera toutes les indications nécessaires.
Pour que nos langues nationales ne perdent pas de terrain, la vigilance de tous est indispensable. L’union fait la force et j’invite quelques membres du CPM (ceux-ci se reconnaîtront) qui utilisent trop fréquemment cet anglicisme, à consulter le site www.defensedufrancais.ch.
A part cela, tout va très bien, madame la marquise ! Je vous embrasse tous bien affectueusement.


Carmen Hischier

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PROCHAINE EXPOSITION-BOURSE du CPM

Samedi 20 mars 2010
Timbres et cartes postales

Salle Antoine-Verchère - Route de Meyrin 297 - Meyrin-Village - de 9h à 16h non stop

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Recherche

Ceci n’est pas un concours, mais une invitation à chercher ensemble !
Sympathiques et riches, les concours qui nous ont été proposés ces derniers mois. Que de découvertes nous avons faites ! Mais nous avons pensé qu’il était bon de changer de formule. Finis les classements, la médailles d’or… et le concurrent, parti à la troisième étape et qui se retrouve bon dernier avec 3 points.
Notre invitation, ces quatre prochains mois, sera de jouer « ensemble ». De mettre en commun nos recherches et nos connaissances pour mieux connaître l’histoire d’un lieu de notre ville.

Chaque mois nous vous proposerons deux cartes postales présentant un lieu de notre ville.
Vous observerez ces photos consciencieusement et vous noterez :
la date de prise de vue des photos (date exacte ou estimation),
les éléments qui ont motivé votre choix.

Pour aujourd’hui, commençons par deux cartes postales du pont du Mont-Blanc, ce qui ne vous surprendra pas de la part du soussigné.

Carte N° 1 (Jullien N° 1102)

Estimation de la date de la photo : . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Motifs de ce choix : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Carte N° 2 (N° 949)

Estimation de la date de la photo : . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Motifs de ce choix : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Envoyez vos réponses pour le 9 février 2010 au

CPM, case postale 294, 1217 Meyrin 1

ou apportez-les lors de l’Assemblée générale. Nous prendrons un petit quart d’heure pour mettre en commun nos réponses, questions et découvertes. Promis, il n’y aura pas de classements.
Au plaisir de chercher avec vous !

Paul Dunner

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Concours « Les barques du Léman »

Commentaires…
La dernière série de questions a permis de départager les concurrents restés à bord. Finalement, nous avons accosté avec 8 passagers (un nouveau s’étant joint pour la dernière régate) mais 5 ont manqué régulièrement à l’appel durant cette croisière.
Nous espérons que vous avez eu beaucoup de plaisir à participer à ces grilles qui n’étaient de toute évidence pas faciles.
(Voir d’autres précisions en page si-dessus)

Bernard Vouillamoz

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pour le dernier mot croisé, nous allons faire un tour par la tête de mât pour finir au safran. Le premier supporte la voile, le second permet de diriger la barque.
En partant du haut du mât, il y a la tomme qui coiffe le mât, puis vient le réa (N° 2 horizontal) pour la chaîne de l'examen qui permet d'hisser l'antenne. Ensuite la chaîne du margouillet, celle qui tourne autour du mât et qui maintient l'antenne contre ce dernier.
Sur les galères et les premières barques du Léman, le réa était orienté par le travers. Avec l'évolution de la navigation sur le Léman, le réa a été installé dans le sens de la navigation.
Cette modification a simplifié la manœuvre de l'antenne lors des changements de bords.

A droite de la photo ci-dessus à gauche, ce n'est pas l'oste (N° 4 horizontal) qui est visible, mais la montanière qui permet d'hisser la voile sur l'antenne.
L'oste est un cordage qui sert à retenir l'antenne dans sa position au repos. En navigation, les ostes sont décrochées pour permettre à l’antenne de tourner autour du mât.
Auguste Jal, en 1848, mentionne l'usage de ce terme sur le Léman. C'est de cet ouvrage qu'est extrait le schéma ci-dessus.
L'oste est désignée par la lettre « P ». Au pied du mât, on voit un dispositif de palan pour hisser l'antenne à poste. La chaîne de l'examen descend le long du mât jusqu'au palan de la chaîne de flon. Sur la « Savoie », le palan (N° 5 horizontal) est bien visible (photo ci-dessous, photo de gauche). La chaîne de flon est assez longue pour permettre d'hisser l'antenne ou de la déposer sur le pont. Une fois l'antenne en place (hissée), le reste de la chaîne est rangée sous le pont. Au pied du mât, l’on aperçoit le trou par lequel la chaîne disparaît sous le pont.
Le safran (N° 5 horizontal), qui permet de diriger la barque lors de la navigation, est une pièce amovible. En effet, lorsque les barques devaient décharger par l'arrière, le safran était enlevé. Il est mis soit sur le pont, soit sur le côté comme on le voit sur la barque l’« Andalouse » (photo ci-dessous, photo de droite). Pour soulever le safran et le remettre en place, l'utilisation du treuille est nécessaire ; certains safrans pesant plus de 600 kg.

Pour ceux et celles qui désirent en savoir plus sur les barques du Léman, je peux leurs recommander de lire

« Les barques du Léman » par Gérard Cornaz

et, pour les fans de cartes postales, les livres de M. Duchoud « Le temps des barques » et « Pays des barques » ou encore les deux volumes de « Lémaniquement vôtre » par M. Cuendet.
Avec mes meilleurs vœux pour 2010.

Patrick Flury

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PROCHAINE SOIRÉE D’ÉCHANGES !
Mardi 16 février 2010
Ventes – Achats – Conseils Bibliothèque

SOYEZ LES BIENVENU(E)S

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Philatélie

LES NOCES DE CANA ou comment « une vignette se transforme en timbre »
Le 28 janvier 2008, la Poste française émettait un carnet dénommé « Chefs-d’œuvre de la peinture ». Contenant 10 timbres légendés « LETTRE PRIORITAIRE 20 g », il était alors vendu 5,40€.
Or, en plus des dix timbres-poste autocollants, ce carnet comprend une vignette de format double de celui des autres figurines et représentant une partie du tableau de Véronèse.

Cette œuvre, commandée à l’artiste le 6 juin 1562, représente une scène très célèbre de l’Evangile selon Saint Jean : une noce à Cana, en Galilée, où Jésus changea l’eau en vin. Emmené par les Français fin 1797, c’est le plus grand tableau du Louvre : 6,66 sur 9,90 m !
Deux siècles après l’arrivée du tableau en France, La Poste a renouvelé le « miracle » : la vignette devenue timbre-poste.
En effet, parmi le courrier récupéré depuis février 2008 par les philatélistes, l’on trouve des quantités importantes de cette vignette ayant servi. La fréquence d’utilisation et, surtout, certains affranchissements réalisés tendent à montrer que ce n’est pas toujours par volonté de « frauder » que les expéditeurs l’ont apposée sur leurs plis.
Si de nombreuses lettres ordinaires, y compris commerciales

sont connues ainsi revêtues, au moins une lettre recommandée a été observée avec cette figurine prise pour un véritable timbre-poste.

Ce recommandé comporte cette fameuse vignette ainsi que sept timbres d’une valeur de 0,55€ chacun. « Les noces de Cana » ont donc été aussi comptabilisées à cette valeur par le guichetier de l’établissement postal, soit : 8 x 0,55€ = 4,40€ pour un recommandé avec avis de réception de moins de 20 g à 4,35€.
Quelques postiers vigilants, heureusement pour leur entreprise, ont constaté la nullité de certains affranchissements. Ces documents ont parfois des annotations explicites

ou exagérées.


Voilà une vignette qui trompe de nombreuses personnes mais, au final, qui fait aussi le bonheur des philatélistes !


Extrait d’un article de M. Laurent BONNEFOY,

La philatélie française, Novembre/Décembre 2009