bulletins N° et date
2011
247 - juin
246 - mai
245 - avril
244 - mars

243 - février

242 - janvier
2010
241 - décembre
240 - novembre

239 - octobre

238 - septembre
237 -juin
236 - mai
235 - avril
234 - mars
233 - février
2009
231 - décembre
230 - novembre
229 - octobre

228 - septembre

227 - juin
226 - mai
225 - avril
224 - mars
223 - février
222 - janvier
2008
221 - décembre
220 - novembre
219 - octobre
218 - septembre
217 - juin
216 - mai
215 - avril

214 - mars

213 - février
212 - janvier
2007
211 - décembre
209 - octobre

208 - septembre

207 - juin
206 - mai
205 - avril
204 - mars
203 - février
202 - janvier
2006
199 - octobre
198 - septembre
197 - juin

 

Bulletin mensuel N° 248 - septembre 2011

Local de réunion : Salle Antoine-Verchère - Meyrin-Village

Correspondance : Case postale 294 - 1217 Meyrin 1

CCP 12-14037-0

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le Comité a le plaisir de vous convier à notre réunion mensuelle qui aura lieu le

Mardi 13 septembre 2011
20 heures 15
Salle Antoine-Verchère

AU PROGRAMME …

Correspondance
Informations philatéliques
Divers/Propositions individuelles
  Vente aux plateaux (voir ci-après)
Conférence (voir ci-dessous)

. . . et naturellement la bonne humeur , le sourire, et l’amitié…

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

SOMMAIRE

 • Informations générales
 – Vente aux plateaux
 – Concours « COUP DE CŒUR »
 – Soirées d’échanges : Avis de…
 – Rappel : Jeu-concours « Les…»
 • Réflexions sur notre planète
 – Si le monde était un (petit)…
 • Le courrier des lecteurs
 – Les automates FRAMA
 • Concours mots croisés « Les termes de la poste »
 – Grille N° 1
 • Manifestations philatéliques

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Mardi 13 septembre 2011

Dans le cadre des conférences et présentations de collections

Monsieur Gérard GEYDET présentera
« Les bureaux de poste de Haute-Savoie »

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Informations générales
Vente aux plateaux
Comme nous vous l’avions annoncé dans notre bulletin de mai, nous allons recommencer nos ventes aux plateaux. Celles-ci débuteront sur la base d’un nouveau règlement, lors de notre assemblée de septembre.

Tous ceux qui souhaitent se séparer de certaines pièces ou lots pourront les présenter, mais toujours à des prix raisonnables, que ce soit des timbres, des lettres, des cartes postales ou tout autre type de documents.

Voici dans les grandes lignes, le règlement de ces futures ventes :
· Les lots doivent être remis à Georges Echenard ou Olivier Steinhauser jusqu’à 20h, le soir même de l’Assemblée mensuelle, afin de leur permettre d’enregistrer les lots juste avant le commencement des activités de la soirée.
· Les lots proposés doivent être de qualité. Ces derniers seront accompagnés d’une description correcte, précise et complète comportant les
numéros de catalogue, la cote et le prix de départ.
· Les lots doivent être sous protection.
· La vente est prévue entre la partie administrative et la présentation d’une collection. Dans le but de ne pas retarder la conférence, le Comité a décidé de ne présenter que 10 lots soit 1 à 3 maximum par vendeur.
· Ceux-ci seront annoncés selon la description fournie par le vendeur, puis tourneront rapidement autour de la table avant la mise aux enchères.
· Le paiement s’effectuera après la conférence.
· Les lots invendus seront restitués à leurs propriétaires à la fin de la soirée.
· Le Club ne perçoit aucun frais ni de l’acheteur, ni du vendeur.
· Le Comité se réserve le droit de modifier ou d’adapter en tout temps ce règlement.

Concours « COUP DE CŒUR »
Nous vous rappelons que la remise des pages sur le thème « Les trains dans le monde » est fixée au mardi 11 octobre 2011.
Pour les membres qui désirent participer, vous pouvez consulter le règlement paru dans le bulletin N° 243 de février 2011.

Soirées d’échanges : Avis de recherche
Si vous recherchez des timbres, des cartes ou tout autre document, nous vous invitons à venir à nos soirées d’échanges. Nous ferons part de vos souhaits dans le bulletin suivant afin que les collectionneurs/vendeurs amènent le matériel recherché lors de la soirée d’échanges.
Un membre s’est déjà manifesté. Il recherche des timbres d’Italie. Si vous en possédez, que vous voulez les vendre ou les échangez, venez à la soirée d’échanges du 27 septembre.

Rappel : Jeu-concours « Les tramways »
N’oubliez pas de remettre vos réponses de la question 5 lors de la prochaine assemblée, soit le 13 septembre.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PROCHAINE SOIRÉE D’ÉCHANGES
Mardi 27 septembre 2011
Ventes – Achats – Conseils – Bibliothèque
SOYEZ LES BIENVENUS !

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Réflexions sur notre planète
Si le monde était un (petit) village…
A l’aube de son 7 milliardième habtant – un chiffre qui sera atteint avant la fin de cette année – le monde est désormais un village global.Imaginons un instant que ce monde soit un village composé de 100 habitants : il y aurait 59 Asiatiques, 14 Africains, 14 Américains et 13 Européens. Il y aurait 51 femmes et 49 hommes. On compterait 50 jeunes de moins de 25 ans. 20 personnes (uniquement des hommes), possèderaient 80%
du village et de ses richesses. Une femme seulement possèderait sa propre terre. 50 personnes vivraient au sein même du village, 50 autres seraient éparpillées aux alentours. 33 habitants vivraient une situation de conflit armé, dont 23 seraient des femmes. 6 femmes auraient subi un viol. 80 personnes auraient une religion, dont 40 seraient forcées de la pratiquer ; 5 autres la pratiqueraient malgré des risques pour leur survie. La moitié des habitants pourraient avoir accès aux soins de santé. 42 personnes ne boiraient jamais d’eau potable. L’électricité serait coupée environ la moitié du temps, faute de moyens. 30 personnes gaspilleraient 90% des ressources naturelles et énergétiques du village. 5 hommes et 1 femme seraient militaires, policiers ou gendarmes. Une seule personne travaillerait dans le monde des médias et de la communication… 5 enfants travailleraient dans des conditions d’esclavage et 1 petite fille serait employée de maison sans être rémunérée. 60 personnes sauraient lire, écrire et compter (40 seraient des hommes, 20 des femmes). 20 personnes auraient accès à un ordinateur, dont 15 connectées à un réseau de type internet. La bibliothèque du village ne serait accessible qu’à 24 personnes, les autres en seraient interdites. Le cinéma serait visité chaque semaine par 1 personne, toujours la même.
Les chiffres peuvent ainsi s’étaler sur des pages et des pages… Ils permettent parfois de remettre en perspective chacun de nous – la vision que nous nous faisons sur notre planète – et de mesurer ce que nous sommes, nous les humains. A méditer !
Ces chiffres proviennent du site d’informations PopulationData.net, une plateforme créée il y a une dizaine d’années. Ce site est visité par quelques 200 000 personnes et plus d’un million de pages sont consultées par mois.

Bernard Vouillamoz

Le courrier des lecteurs
Les automates FRAMA : complément d’informationsge
Dans notre Bulletin N° 245 d’avril, il est mentionné que l’on trouve ces appareils en Belgique et au Vatican. C’est exact ! Mais encore…
Un peu d’histoire
En été 1976, sans annonce officielle des PTT, les collectionneurs de notre pays apprenaient que quatre « distributeurs automatiques de timbres-poste » d’un nouveau type avaient été installés dans quatre villes. La fièvre gagna aussitôt les collectionneurs et les négociants motivés par cette nouvelle ère de la philatélie : les premiers « ATM » (Automatenmarken) suisses venaient de naître.
Ces appareils « FRAMA » furent par la suite installés dans 37 autres pays à travers le monde.
9 août 1976 : la première émission
L’apparition en Suisse des premiers « timbres-poste des distributeurs automatiques » ou « timbres-poste d’automates » date du 9 août 1976. Ce jour-là, quatre appareils test furent mis en service dans les villes de Berne, Genève, Grindelwald et Zurich.
Ces quatre machines furent appelées « FRAMA » – du nom de la société FRAMA SA, à Lauperswil (BE) – qui les fabriqua. Cette société était déjà connue pour ces « machines à affranchir » (Frankiermaschinen).
La période d’essai de ces quatre appareils dura jusqu’en juin 1978.
La simplicité du fonctionnement fut appréciée par les usagers. Il suffisait d’introduire des pièces de monnaie, puis de choisir la valeur d’affranchissement voulue au moyen de touches pour que la petite imprimante intégrée imprime cette valeur sur un timbre-poste se trouvant dans l’appareil (sous la forme de rouleau) et le découpe. Une fois le timbre-poste fourni, il était collé sur un support (enveloppe, carte postale, etc.), lequel était déposé dans n’importe quelle boîte aux lettres des PTT. Il était ensuite oblitéré comme n’importe quel timbre collé sur un pli. Ces timbres ATM de 1976 furent donc les premiers témoins de l’entrée de l’électronique dans les services postaux !
Quelques 2000 appareils de ce type furent peu à peu installés en Suisse, souvent à proximité des bureaux de postes ou des gares. Le grand avantage était que même en dehors des heures d’ouverture des guichets postaux, il était possible d’affranchir son courrier et de le glisser dans la boîte aux lettres se trouvant juste à côté.
Grâce à l’évolution de la technique, de nouveaux papiers avec des motifs préimprimés en couleurs furent utilisés : visuellement ces nouveaux ATM se rapprochaient des autres timbres-poste courants.
Mais la rapide évolution technologique de ces dernières années a conduit La Poste Suisse à abandonner le développement et la fabrication de ces appareils à la fin de 2003. Ces derniers furent mis hors service à la fin de la journée du 11 mai 2011.

Carte postale montrant l’appareil tel qu’il fut conçu pour la poste autrichienne.
Ce document est affranchi avec un timbre-poste ATM-FRAMA, daté du 1.6.83, premier jour de mise en service du distributeur.

Des « FRAMA » suisses aussi à l’étranger
Grâce à leur simplicité d’utilisation et leur solidité, les appareils « FRAMA » devinrent un produit d’exportation fort intéressant : en effet quelque 3000 machines furent fabriquées et, au total 38 administrations postales, réparties sur les cinq continents, utilisèrent les distributeurs « FRAMA ». Ce sont :
Afrique du Sud - Åland - Argentine – Australie - Autriche - Belgique - Brésil - Chypre - Cuba - Danemark - Espagne - Finlande - Liechtenstein - France - Grèce - Hongkong - Irlande - Islande - Israël - Kuweit - Luxembourg - Malaisie - Malte - Mexique - Nouvelle-Zélande - Norvège - Papouasie-Nouvelle-Guinée - Pays-Bas - Pitcairn - Portugal - Royaume-Uni - South West Africa - Suède - Suisse - Tunisie - Turquie - Vatican - Zimbabwe.

Enveloppe affranchie avec les derniers timbres-poste ATM-FRAMA,
datée du 11.5.11,dernier jour avant la mise hors service de ces appareils.

A noter que dans la plupart de ces pays, les appareils « FRAMA » sont toujours opérationnels.

Pour terminer, il faut savoir que d’autres fabricants étrangers ont aussi développé de tels appareils de distributeurs de timbres-poste, qu’ils ont installés dans plusieurs pays. Parmi ces fabricants, mentionnons Klüssendorf (Allemagne), Satas et Crouzet (France), IBM et NCR (USA), etc.

Bernard Vouillamoz

Source : Extraits de l’article « Déjà 30 ans de timbres-poste automatiques suisses» de M. Jean-Louis Emmenegger, SBZ 4/2006

A lire également :
« De la vignette de Montgeron aux LISA »
de M. Pierre Sanders,
Timbres magazine – Juin 2007
et
« Montgeron, 1969 : deux premières mondiales »
et « Les nouvelles formes d’affranchissement »
de M. Jean-Louis Emmenegger,
L’Echo de la Timbrologie – 6 et 7-8/2006

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°